Connaissez-vous vraiment vos droits, lorsque vous êtes enceinte? Connaissez-vous vos droits au moment de l’accouchement? Osez-vous les faire valoir? Testez vos connaissances!

Vrai ou faux?

Je ne peux pas vraiment choisir qui sera mon médecin durant la grossesse, je suis déjà chanceuse d’en avoir un…

Faux! Vous avez le droit de choisir la personne qui fera votre suivi de grossesse. Vous pouvez choisir d’être accompagnée par un médecin omnipraticien (de famille, ou généraliste), un obstétricien-gynécologue, une infirmière clinicienne (spécialisée), ou une sage-femme.

Vous pouvez choisir de changer de spécialiste à n’importe quel moment de votre grossesse, y compris au moment de l’accouchement.

Votre accompagnante à la naissance peut vous aider à choisir un ou une spécialiste qui convient à vos valeurs et vos besoins.

Le médecin/la sage-femme est la meilleure personne pour me dire ce que je devrais faire en cas de pépin.

Faux! Un médecin, ou une sage-femme, ne devrait jamais vous dire quoi faire. En principe, tout bon médecin (ou autre spécialiste) se doit d’exposer les possibilités qui se présentent à vous, en vous informant des avantages et des désavantages de manière objective, et de vous laisser le choix. VOUS êtes la meilleure personne pour décider.

Les médecins/sages-femmes n’ont pas tous (toutes) les mêmes façons de faire.

Vrai! Les médecins n’ont pas tous la même approche pour solutionner un problème de santé, de même que les sages-femmes n’ont pas toutes les mêmes façons de faire. Certes, ils ont un ordre professionnel qui les guide, mais à l’intérieur du cadre qui leur est imposé, ils ont tout de même une marge de manœuvre. Par exemple, certains médecins sont beaucoup plus favorables et à l’aise avec l’accouchement vaginal après une césarienne (AVAC) que d’autres.

Vous pouvez demander un deuxième avis sur des choses qui vous interpellent davantage, ou avec lesquels vous n’êtes pas d’accord.

Une accompagnante à la naissance pourrait vous être grandement utile en vous informant sur les différentes possibilités que vous avez et en vous guidant vers des spécialistes qui conviennent à votre vision de la situation. Elle connaît souvent beaucoup de spécialistes, et elle peut vous guider afin que vous trouviez celui ou celle qui sera le plus à l’aise avec votre situation particulière.

 

À l’accouchement, mes autres enfants peuvent être présents si je le souhaite.

Vrai! Vous avez le droit d’être accompagnée par les personnes de votre choix tout au long de l’accouchement. Il est possible que certains hôpitaux aient des politiques plus restrictives, mais cela demeure votre choix. La plupart des hôpitaux acceptent facilement deux personnes accompagnatrices lors de l’accouchement. Toutefois, il demeure possible pour vous de demander à ce que d’autres personnes soient présentes si vous en sentez le besoin. Discutez-en avec votre fournisseur de soin.

Dans les maisons de naissance, il n’y a généralement aucune restriction au nombre de personnes pouvant être présentes à l’accouchement. Discutez-en avec votre sage-femme.

Votre accompagnante à la naissance peut vous aider à rédiger votre plan de naissance et s’assurer qu’il soit respecté autant que possible, en ce qui concerne les personnes que vous souhaitez avoir à vos côtés durant l’accouchement.

 

À l’accouchement, je devrai me faire examiner par plusieurs personnes.

Faux! Vous avez le droit de demander à ce que les examens soient faits par une seule personne, ou du moins de restreindre le nombre d’intervenants différents qui pratiquent les examens.

De plus, vous pouvez refuser qu’on vienne vous examiner si vous jugez que ce n’est pas nécessaire.

Vous pouvez aussi demander à ce que l’on vous prévienne au moins 15 minutes avant chaque examen, de manière à vous y préparer.

Votre accompagnante à la naissance sera très utile pour maintenir une ambiance sereine dans la salle d’accouchement, et pourra vous aider à diminuer le va-et-vient du personnel médical. Ainsi, vous pourrez conserver un maximum d’intimité. De plus, elle peut rappeler au personnel médical votre souhait de réduire le nombre de personnes qui vous examinent.

 

Avant chaque intervention médicale, mon fournisseur de soin se doit de m’exposer les avantages et les risques de celle-ci, et de me laisser décider si je veux y avoir recours.

Vrai! On ne devrait pas vous faire d’interventions sans vous demander votre avis. C’est votre corps, votre accouchement, votre famille, votre bébé, votre vie. Cela comprend toutes les interventions : moniteur fœtal continu ou intermittent, touchers vaginaux, soluté, antibiotiques, péridurale, sonde urinaire, césarienne, forceps, ventouses, traction du bébé, traction du placenta, massages utérins, injections d’ocytocine synthétique,  rupture artificielle des membranes amniotiques, etc.

Votre accompagnante à la naissance vous a préparée aux interventions possibles qui peuvent vous être proposées, et vous a aidée à rédiger votre plan de naissance, dans lequel vous avez consigné vos désirs pour votre accouchement. Elle vous soutiendra tout au long de l’accouchement et fera en sorte que vos souhaits soient respectés, dans la mesure du possible. Ainsi, elle rappellera au personnel de lire votre plan de naissance et elle sera là également lorsque vous aurez des interrogations sur une intervention proposée. Vous pourrez lui poser toutes vos questions au moment voulu.

 

Normalement, je dois pousser en position couchée sur le dos.

Faux! Vous avez le droit de pousser dans la position de votre choix : à genoux, à quatre pattes, debout, penchée, en squat, sur un banc de naissance, sur le côté, couchée, etc. Personne ne devrait vous forcer à adopter une de ces positions si vous n’en avez pas envie.

Votre accompagnante à la naissance pourra vous aider à trouver des positions qui sont confortables pour vous, et elle vous rappellera que vous pouvez vous placer comme bon vous semble. Elle vous encouragera dans toutes vos démarches. Vous ne serez pas seule (à moins que ce soit ce que vous souhaitez!).

 

Il n’est pas nécessaire que j’attende l’autorisation du médecin avant de quitter l’hôpital.

Vrai! Vous pouvez partir à tout moment de l’hôpital ou de la maison de naissance et ce, sans l’autorisation du médecin ou de la personne en charge. Dès que vous êtes prêts à partir, vous pouvez le faire.

Votre accompagnante à la naissance s’assure que vous êtes confortables avant de quitter l’hôpital. Elle s’assure que vous êtes à l’aise et que vous n’avez plus besoin d’elle.

 

Vous avez encore bien d’autres droits que vous ne connaissez peut-être pas encore. Informez-vous, et lisez le document Droit des femmes, grossesse et accouchement 

Si vous croyez que vos droits ne sont pas respectés, faites-vous aider. Vous pouvez demander l’aide du comité des usagers de votre établissement, du Regroupement Naissance-Renaissance, ou de l’Association de la santé publique du Québec (ASPQ).

En cas de doute, demandez conseil à une accompagnante à la naissance!

Par Alexandra Toupin, accompagnante à la naissance.