Ma belle Elena…

Tu as 3 semaines et quelques poussières au moment où j’écris ces lignes.

Ça fait 3 semaines qu’un peu tout le temps, chaque jour, des souvenirs remontent, des images refont surface.

Déjà 3 semaines que je te sens dans mes bras, et ne cesse de te regarder! Toi MA petite Elena! 3 semaines que je te regarde et te trouve TELLEMENT belle, mon bébé voulu, désiré et tant attendu! 

Je t’aurais pourtant gardée toute ma vie dans mon bedon! J’étais si bien! Mais voilà que 40 semaines ont passé.

Le lundi, j’appelle donc la sage-femme, toute surprise parce que j’étais certaine que j’aurais accouché. Bon, on fait quoi? C’est quoi le plan? Comment ça marche? Tu me faisais déjà vivre une première sortie de zone de confort! Elle me donne un rendez-vous le mardi de la semaine suivante (qui nous amène à 41 semaines et 4 jours de gestation).

J’appelle donc ta tante (qui par le plus pur des hasards, est aussi sage-femme!), et celle-ci me fait un stripping deux jours plus tard. J’étais dilatée à 3 centimètres, mais tu étais encore si haute!

Les contractions qui ont suivi ce stripping étaient donc rendues plus fortes et plus intenses, mais sans être pour autant plus rapprochées. Et elles ne duraient pas tellement longtemps… Bref, du beau faux travail!

Le jeudi, j’appelle donc la sage-femme un peu désemparée. J’avais tellement peur de finir à l’hôpital! Elle me suggère de venir le vendredi pour faire des techniques de rebozo…

Le matin, Magdalena et moi avions fait une randonnée dans le bois (une bonne heure de temps) et en fin d’après-midi, nous nous sommes rendus en famille au point de service des sages-femmes.

Les techniques du rebozo ont été efficaces (toujours magique, cet outil! À utiliser d’une façon plus technique, comme cette fois-là, ou encore pour des soins rituels!). J’ai senti qu’elles te dérangeaient, tu bougeais, beaucoup! Ça a amené des contractions… La sage-femme a donc fait un toucher vaginal, et a évalué que j’étais dilatée à 3 centimètres (toujours) et effacée à 90%. Joie : tu étais descendue dans mon bassin, ta tête était enfin fixée. Hourra!

On a reçu les voisins à souper. Ton papa, Jonathan, a fait le même steak qui avait fait accoucher la voisine 1 an plus tôt.

Durant le souper, les contractions sont devenues plus fortes. Vraiment! J’ai dû me lever à plusieurs reprises pour les respirer. Elles étaient toutefois toujours aussi inconstantes et éloignées. J’espérais qu’une latence interminable ne m’attendait pas…

À SUIVRE – Dans notre prochain article de blogue, vous pourrez connaitre la suite de l’histoire de naissance d’Elena, et nous répondrons à la question qui vous brûle les lèvres : est-ce que le fameux steak de Jonathan aura encore fait montre de son pouvoir à faire accoucher les femmes?

Crédits photo: Capteuse de vie photographie