« [U]ne personne est infertile lorsqu’elle a le désir de fonder une famille et qu’elle n’est pas en mesure de le faire sans intervention extérieure ou dans les délais souhaités […] L’infertilité est une définition qui englobe la stérilité (une incapacité de concevoir ou de mener à terme une grossesse), mais ne se limite pas à cela[1]. »

Au Canada, 16 % des couples sont ou seront touchés par l’infertilité[2].  Les causes de l’infertilité restent multiples : biologie, endocrine, mode de vie…[3][4] Les statistiques révèlent que lorsqu’il y a infertilité, cette condition provient :

  • Du côté féminin dans 42 % des cas ;
  • Du côté masculin dans 33 % des cas ;
  • D’une cause inconnue (est idiopathique[5]) dans 12 % des cas ;
  • Des deux partenaires dans 13 %.

Le but de cet article est de montrer les impacts que l’infertilité peut avoir sur la femme, l’homme et la sexualité dans leur généralité, en gardant en tête que chaque individu a un parcours, une vie et des émotions qui lui sont propres. Nous relèverons tout simplement les tendances.


Crédit photo : Matt and Tish Photography

Impacts sur les femmes

Les femmes infertiles ressentent beaucoup d’émotions négatives, comme de la tristesse, de la déception, ou même de la frustration[6] lorsque, par exemple, une amie tombe enceinte ou lorsqu’elles ont leurs règles. Les femmes vivent plus de culpabilité que les hommes infertiles[7], et l’image de leur féminité peut être atteinte, car elles ont l’impression de ne pas remplir leur fonction de femmes[8]. Plusieurs ont des symptômes dépressifs[9], et certaines vont même jusqu’à trouver difficile de se « faire une place » dans cette société qui valorise beaucoup la famille, car elles n’ont pas d’enfant[10].

Impacts sur les hommes

Les hommes qui vivent l’infertilité sont souvent atteints dans leur virilité[11] (auto-représentation de leur virilité). Ils peuvent se sentir impuissants de ne pas pouvoir offrir la chance à leur conjointe de tomber enceinte[12]. Ils ressentent pour lors de la honte ainsi qu’une baisse d’estime de soi[13]. L’homme semble aussi plus affecté en ce qui concerne le plaisir sexuel que la femme[14].

Impacts sur la sexualité

L’impact sur la sexualité est très genré et stéréotyé au sein d’un couple infertile qui tente de procréer avec de l’assistance, puisque la sexualité ne se vit pas de la même façon pour l’homme et la femme. Selon certains auteurs, il y aurait une diminution de la satisfaction sexuelle lors du processus de conception, car la relation sexuelle est alors désérotisée[15] [16]. D’autres chercheurs ont plutôt observé que le niveau de plaisir reste inchangé, mais que le niveau de désir diminue[17]. La recherche du plaisir a aussi tendance à diminuer, car l’acte sexuel semble dès lors réservé à la procréation et non à la recherche du plaisir sexuel.

Pour les hommes, une diminution de la libido est plus souvent qu’autrement observée, car la sexualité a lieu au moment de l’ovulation, ce qui peut amener un manque de spontanéité[18]. Chez les femmes, il a été observé qu’elles veulent plus de rapports sexuels sans pour autant en avoir vraiment envie[19]. De plus, elles ne considèrent pas la sexualité comme une finalité liée au plaisir, mais plutôt comme un moyen de tomber enceinte[20].

Diminuer la charge émotive

Ces données sont bien sûr valables au sein d’un couple qui désire fonder une famille. L’infertilité ne semble pas avoir d’impacts au sein des couples qui ne veulent pas avoir d’enfants.

L’infertilité peut avoir plusieurs impacts négatifs sur la sexualité et sur l’image de soi (virilité, féminité). Si vous êtes vous-mêmes pris.es avec des problèmes de fertilité, je vous suggère de trouver un moyen de diminuer la charge émotive qui vous incombe peut-être. Il existe des personnes et/ou des professionnel.les spécialié.es qui peuvent vous aider à faire face à cette situation.

Vous pouvez me contacter pour un référencement, ou si vous avez des questions, ou encore pour discuter!

Sandra Lemieux
Sandralemieux.cpsm@outlook.com
Stagiaire en sexologie


[1] Fédération du Québec pour la planification des naissances (2015). Fertile/Infertile ? Récupéré de https://www.fqpn.qc.ca/public/informez-vous/fertilite-infertilite/fertile-infertile/

[2] Gouvernement du Canada (2019). Fertilité. Récupéré de : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/fertilite/fertilite.html

[3] Gouvernement du Canada (2019). Fertilité. Récupéré de : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/fertilite/fertilite.html

[4] Si cela vous intéresse, je peux dresser la liste exhaustive et vous l’envoyer en privé par mon courriel.

[5]  « Se dit d’une affection qui est définie en elle-même et n’est ni la conséquence ni la complication d’une autre. Par extension, se dit d’une maladie qui n’a pas de cause connue. » Larousse en ligne : https://larousse.fr/dictionnaires/francais/idiopathique/41444?q=idiopathique#41340

[6] Ohl, J., Reder, F., Fernandez, A., Bettahar-Lebugle, K., Rongières, C., et Nisand, I. (2009). Impact de l’infertilité et de l’Assistance médicale à la procréation sur la sexualité. Gynécologie obstétrique & fertilité, 37 (1), 25-32.

[7] Idem.

[8] Salama, S., Boitrelle, F., Gauquelin, A., Jaoul, M., Albert, M., Bailly, M., … et Veluire, M. (2012). Sexualité et infertilité. Gynécologie Obstétrique & Fertilité, 40 (12), 780-783.

[9] Idem.

[10] Rozée, V., et Mazuy, M. (2012). L’infertilité dans les couples hétérosexuels : genre et « gestion » de l’échec. Sciences sociales et santé, 30 (4), 5-30.

[11] Chaabane, K., Trigui, K., Kebaili, S., Louati, D., Gassara, H., Dammak, A., … et Guermazi, M. (2013). Sexualité du couple lors de grossesse issue d’une procréation médicalement assistée. Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, 42 (3), 265-270.

[12] Idem.

[13] Salama, S., Boitrelle, F., Gauquelin, A., Jaoul, M., Albert, M., Bailly, M., … et Veluire, M. (2012). Sexualité et infertilité. Gynécologie Obstétrique & Fertilité, 40 (12), 780-783.

[14] Gamet, M. L. (2008). À propos d’une étude sur la sexualité des femmes et des hommes pendant la grossesse issue d’une Assistance médicale à la procréation (AMP). Sexologies, 17 (2), 102-112.

[15]Idem.

[16] Elle n’a pas de but récréatif ou érotique, mais bien dans le but de procréer.

[17] Ohl, J., Reder, F., Fernandez, A., Bettahar-Lebugle, K., Rongières, C., et Nisand, I. (2009). Impact de l’infertilité et de l’Assistance médicale à la procréation sur la sexualité. Gynécologie obstétrique & fertilité, 37 (1), 25-32.

[18] Idem.

[19] Idem.

[20] Idem.