Vous savez, pendant la grossesse, l’hormone qu’on appelle la relaxine permet à bébé de passer dans le bassin au moment de l’accouchement. Cette relaxine permet donc non seulement aux ligaments et tendons du bassin de relâcher, mais elle a aussi cet effet à tout le reste du corps maternel.

Enceinte de ma fille, j’étais impressionnée en voyant comment mon corps s’encastrait dans mon lit après seulement 15 minutes d’apaisement. Quand arrivait le temps de changer de position, ouf, c’était du sport !

Or, ce n’était rien à côté de l’affaissement postnatal du plancher pelvien, qui a laissé une trace indélébile dans ma mémoire. Un souvenir est particulièrement clair : alors que je racontais à une amie un moment cocasse de la naissance de ma puce, j’ai rigolé, et… Oh my god! Je sentais les muscles de mon plancher pelvien… bondir !??

Mais c’est quoi ça ? On ne m’a jamais parlé de ça ! Est-ce normal ?

Croyez-moi : j’ai sauté sur le téléphone et j’ai appelé ma physiothérapeute spécialisée en rééducation périnéale. Elle m’a fait comprendre que ça ne valait pas le coût de prendre un rendez-vous tout de suite, puisqu’au cours des 6 à 8 semaines du postnatal, le corps fait tout doucement un gros travail de retour à l’état d’origine.

Je me suis néanmoins remise aux exercices de contraction des muscles du périnée : les Kegell. Je me suis faite une petite routine d’exercice avec des périodes de 15 répétitions que je faisais 3 fois par jour. Renforcement et relâchement étaient au menu !

 

          Tenir la contraction pendant 10 secondes ;

          Relâcher pendant 10 secondes ;

          Répéter 3 fois de suite les 2 premières

Et j’ai appris plein de choses !

Savais-tu que tes muscles périnéaux peuvent être trop fort pour avoir la souplesse nécessairement au moment d’accoucher, ce qui peut nécessiter une épisiotomie au moment de la poussée ?

Savais-tu, femme qui vient d’accoucher, que même si tout semble beau pour toi, que tu ne sembles ni avoir d’affaissement, ni de descente d’organe, ni de fuite urinaire, ni rien du tout du tout, tu es quand même à risque d’être affectée par l’une de ces conditions ? Tu sécrètes des hormones puissantes et lénifiantes qui peuvent perdurer durant des mois et de mois si tu allaites. Alors, garde en tête que ton corps produit ces fameuses hormones relaxantes qui diminuent le tonus.

Savais-tu qu’en remise en forme postnatale, tes muscles peuvent recouvrer un bon niveau de force, mais tes ligaments peuvent pourtant rester faibles sous l’influence de ces hormones enivrantes ?

Savais-tu que trop c’est comme pas assez : que tu peux trop faire de Kegell et sentir pour lors un épuisement au niveau du plancher pelvien ? Il est donc important d’écouter ton corps et d’y aller étape par étape. Comme un entraînement de n’importe quelle autre partie du corps, tes muscles ont besoin d’une pause, d’un moment de repos. N’oublie pas de boire beaucoup d’eau !

Mes conseils en postnatal :

          Reste couchée le plus possible lors des premières semaines ;

          Commence tes Kegell le plus tôt possible. Étrangement, il n’est jamais trop tôt pour intégrer les Kegell dans nos vies ;

          Consulte un ou une ostéopathe dans les premiers jours ou semaines postnatales pour replacer bassin et viscères.

          N’oublie pas d’appeler pour consulter un ou une physiothérapeute en rééducation périnéale entre la 6e et 8e semaine postnatale. Il ou elle remettra des reçus pour les assurances. Et tu as intérêt à avoir l’heure juste plutôt que d’avoir des regrets… des mois plus tard !

 

Catherine Leroux
Ton accompagnante à la naissance