Sur les réseaux sociaux des femmes ayant choisi d’avoir un suivi de grossesse avec une sage-femme, une question fait constamment éruption :

Accoucher à la maison de naissance ou à domicile?

Il s’agit bien entendu d’un choix excessivement personnel qui fluctue d’une femme à l’autre, voire même d’une grossesse à l’autre.

Je suis la principale administratrice du groupe Mamans suivi sage-femme Québec depuis 4 ans déjà, et selon mes humbles observations de gestionnaire omnipotente, j’ai remarqué que les femmes choisissent souvent l’accouchement à domicile pour leur 3e enfantement avec sage-femme : donc après 2 enfantements en maison de naissance, pour la plupart des cas.

Je fais moi-même partie de cette statistique. Pour mes 2 premiers accouchements, je tenais à intégrer ce lieu gorgé de sacré qu’est une maison de naissance. Je voulais me faire dorloter par l’équipe d’aide-natales, dormir dans l’un de ces grands lits digne d’un hôtel 5 étoiles : je voulais marquer au fer rouge que ce jour était spécial, et que je le vivrais dans un endroit spécial.

« Au moment d’entrer dans la maison de naissance, j’ai remarqué que ma sage-femme, déjà sur place, avait réservé la chambre de mon souhait. En pénétrant en ces murs, j’ai eu un pur moment de béatitude. Les rayons du soleil balayaient l’ombre des grands arbres de la cour et donnaient des allures elfiques à cette pièce pleine de vie : cette pièce qui a vu tant de femmes accoucher, et tant d’enfants naître. À cette vue épiphanique, je ne pouvais que rester muette et me dire : ‘‘ Ça va être une belle journée aujourd’hui. ’’ »

Ainsi, pour résumer et en ajouter, je dirais que les points positifs des accouchements en maison de naissance sont les suivants:

  • Absence de tâches ménagères à faire ;
  • Confort des lieux ;
  • Ambiance sacrée ;
  • Aide-natale aux petits soins ;
  • Repas délicieux cuisinés expressément pour nous
  • Etc.!

Finalement, pour mon 3e enfant, il était évident pour moi que je souhaitais accoucher chez moi. Alors qu’il en était hors de question à ma 2e grossesse, cette fois-ci, je ne me voyais pas donner naissance autrement. D’autant plus que je savais que j’accoucherais en plein cœur du printemps : je voulais plus que tout vivre mon travail actif à l’ombre de mes arbres en fleur.

« Vers 14 h 30, mon amoureux et moi sommes sortis dehors pour marcher dans notre cour. Nous y avons passés les 30 minutes les plus merveilleuses de mon histoire personnelle d’accouchement. Tout était parfait. La douceur du vent sur ma peau, comme une écharpe de soie lyonnaise. L’ombre de mes grands arbres matures, trouée de lumière. La petite cabane en bois de nos deux grandes filles autour de laquelle nous tournoyons avec bonheur. La musique de la petite voix de ma Lilianne de 4 ans, qui se faisait maquiller dans un coin plus reculé de la cour. Les percussions des feuilles de mes arbres qui claquaient sous l’impulsion de ce vent ami. Ma sage-femme qui veillait sur moi depuis la fenêtre du salon. L’écorce, par monts et par vaux, de mon bel catalpa sur lequel j’aimais poser ma main tremblante au passage, comme pour me connecter aux forces de la nature, de la vie en régénérescence. ‘‘ Ce que je vis, c’est naturel, ça fait partie de la nature… ’’ que je me répétais alors. »

Aucun postnatal ne fut aussi jouissif que celui-ci. Quel plaisir que ne pas avoir à me déplacer, pour accoucher ET pour retourner à la maison ensuite. Quelle joie que de dormir dans mes affaires, que de me laver dans ma douche. Surtout, quelle allégresse que de pouvoir donner naissance entourée de mes grands enfants qui, entre mes contractions, se maquillaient et faisaient du bricolage. Alors que les 2 autres accouchements, nous les avons vécu plutôt en couple, cette fois-ci, c’est en famille que nous avons vécu cet événement.

Pour, encore une fois, résumer et en ajouter, je dirais que les bienfaits de l’accouchement à domicile résident en :

  • L’absence de déplacement ;
  • La familiarité des lieux ;
  • La possibilité de décorer son lieu d’enfantement à son goût (j’avais moi-même tapissé ma chambre d’objets réconfortants) ;
  • La logistique familiale plus facile ;
  • La possibilité de vivre l’accouchement en famille (possible aussi en maison de naissance, mais moins facilement).

Vous allez sûrement me dire : « C’est ben beau tout ça, mais tu n’as énuméré que les côtés positifs des deux options!» Et vous aurez complètement raison! Voilà pourquoi vous devrez prendre votre décision en considérant :

  • La possibilité de devoir vous déplacer vers la maison de naissance à la dernière minute en cas d’accouchement prévu à domicile. Parfois, quand plusieurs accouchements ont lieu en même temps, les équipes de sage-femme n’ont pas d’autres choix que de devoir rapatrier toutes les mamans en un seul et même lieu.
  • Le ménage à faire à votre domicile, quoi qu’en extrême petite quantité puisque les aides-natales ramassent et lavent pratiquement TOUT. Toutefois, elles ne ramasseront pas les bas de votre chéri qui trainent, et ne videront pas votre lave-vaisselle. Il vous faut donc tout mettre en place afin de vous assurer un postnatal serein en déléguant l’entretien de la maison à chéri, belle-maman, accompagnante aux relevailles, etc.

Et vous, où avez-vous donné naissance?

Véronique Foisy
Écrivaine spécialisée en récit d’accouchement

Véronique Foisy est l’auteure du livre pour enfants Un ventre plein de promesses : la conception, la grossesse et l’accouchement physiologique expliqués aux enfants, en vente au Centre pause santé maternité! Écrivez-nous ou passez-nous voir pour vous en procurer une copie!