Comment savoir si votre médecin est un bon médecin pour vous? Tout dépend de votre vision de la grossesse et de l’accouchement. Les conseils un peu plus bas vous permettront de mieux communiquer avec lui et de savoir si son suivi vous convient! Aurez-vous l’audace de les mettre en application?

 

D’abord, prenez cinq minutes avant votre prochain rendez-vous médical, pour écrire les questions que vous souhaiteriez poser à votre médecin. Ainsi, le moment venu, vous ne pourrez pas les oublier. Une fois dans son bureau, posez vos questions, et remarquez comment vous vous sentez lorsqu’il vous répond. Quelle attitude adopte-t-il? Est-il heureux que vous lui posiez les questions qui vous préoccupe, ou est-il agacé, ou encore sur la défensive? Est-il souriant? Chaleureux? Vous encourage-t-il à poser vos questions ou vous fait-il sentir que vous lui volez de précieuses minutes? Vous sentez-vous à l’aise? Pressée? Intimidée? Fragile? Confortable? Etc. Votre médecin encourage-t-il votre autonomie ou vous prend-il en charge complètement? Semble-t-il prendre pour acquis que vous ne pouvez pas comprendre le jargon médical, ou prend-il la peine de bien vous expliquer? Vous met-il au courant de ce qui s’en vient, ou avez-vous l’impression qu’il est le seul à prendre les décisions? Ce sont toutes des questions vraiment pertinentes pour savoir si son approche vous convient.

Ces quelques trucs vous aideront grandement à vous affirmer sans vous sentir intimidée :

  1. Idéalement, allez à vos rendez-vous accompagnée de quelqu’un de confiance et de neutre. Il/elle vous aidera à mettre des mots sur vos sentiments.
  2.  « Permettez-vous un échange significatif avec [le médecin] afin de vérifier si les éléments de confiance mutuelle sont présents [1]. »
  3. « Ne vous laissez pas intimider par le « personnage docteur » : s’il vous appelle par votre prénom, faites de même, s’il vous tutoie, imitez-le[2]. »
  4. « Refusez de discuter pendant un examen gynécologique ou un toucher vaginal, alors que vous êtes étendue et déshabillée. Attendez d’être rhabillée et assise [3]. » Ainsi, vous serez d’égal à égal.
  5. « Posez des questions. Il n’est pas impossible  que celles-ci puissent incommoder votre médecin, même ouvert. Voyez quand même comment [il] prend le temps de discuter avec vous [4]. »

À Savoir…

« Idéalement, votre médecin devrait s’intéresser à votre vision de l’accouchement, vous parler d’égal à égal, respecter votre point de vue et vos émotions, considérer la présence et l’opinion de votre conjoint comme pertinentes et importantes. […] Voyez si vous vous sentez à l’aise avec [lui], comment [il] se comporte avec vous. L’honnêteté, la simplicité et l’ouverture avec lesquelles on vous répondra vous renseigneront beaucoup sur la personne que vous avez devant vous. La création d’une relation médecin-patiente est difficile quand chacun est sur la défensive [5]. »

Idées de questions à poser…

  • Assurez-vous votre présence à l’accouchement? Sinon, qui sera là?
  • Quelle est votre vision d’une grossesse? D’un accouchement? (est-ce un état de santé normal, ou quelque chose à surveiller de très près?)
  • Quelle est votre définition de la sécurité, lors de la grossesse? Et lors de l’accouchement?
  • Vous considérez-vous « interventionniste », ou « easy going »?
  • Êtes-vous familier avec les plans de naissance? Que pensez-vous de cet outil?
  • Si vous n’êtes pas présent lors de mon accouchement, le médecin qui vous remplacera respectera-t-il mon plan de naissance?
  • Encouragez-vous la présence de personnes significatives (conjoint, famille) avec moi lors des rencontres prénatales (rendez-vous, examens, échographies, etc.)?
  • Combien de personnes acceptez-vous lors de l’accouchement? Êtes-vous favorables aux accompagnantes à la naissance/doulas?
  • Le soluté est-il nécessaire, selon vous?
  • Comment utilisez-vous le monitorage?
  • Puis-je manger/boire à ma guise lors de l’accouchement?
  • À partir de quand considérez-vous qu’il est nécessaire de provoquer un accouchement?
  • Que pensez-vous de l’accouchement physiologique (naturel)?
  • Pratiquez-vous souvent l’épisiotomie? L’utilisation des ventouses/forceps? Faites-vous souvent des césariennes?

 

Il n’y a pas de limites au nombre de questions que vous pouvez poser à votre médecin, ni au temps que vous pouvez lui solliciter pour y répondre. Si vous ressentez un malaise à le faire, c’est peut-être un indice que quelque chose cloche dans votre relation. Dites-vous qu’à l’accouchement, il sera encore plus difficile de mettre votre pied à terre. Il est donc très important que vous soyez à l’aise dès maintenant!

 

Bonne chance dans vos démarches!

 

N.B.: le masculin employé pour parler du médecin ne sert qu’à faciliter l’écriture et la lecture. Votre médecin pourrait être une femme et alors, les questions et les conseils resteraient les mêmes.

Parce que cette grossesse n’aura lieu qu’une fois… Pourquoi pas!

 

Sources:

[1] Une naissance heureuse, Isabelle Brabant, 2013.

[2] Idem.

[3] Idem.

[4] Idem.

[5] Idem.

 

Note : ce texte s’applique également aux sages-femmes!

Par Alexandra Toupin, accompagnante à la naissance (doula)