1- L’accouchement, ça fait peur!

On ne se le cachera pas, quand tu vois ton ventre grossir semaine après semaine, on dirait que vers la 30e, ton inconscient et ton conscient vivent un Big Bang. Et boum! Tout d’un coup, c’est clair. Tu réalises : un bébé va sortir par mon… vagin!!!?

Alors, oui, à un moment ou à un autre, d’intensité différente pour chacune d’entre nous, un petit froissement au cœur se fait sentir! Le vertige devant le grand saut se manifeste.

La naissance de son enfant est un MOMENT UNIQUE, intime. Il ne reviendra pas, et cette rencontre est un moment précieux qui mérite d’être vécu pleinement.

Personnellement, j’avais envie d’être entourée de gens de confiance, de sentir que j’avais un phare à côté de moi sur qui m’appuyer. Une personne ressource avec qui j’ai pu créer un lien tout au long de ma grossesse. Sur qui je savais que je pouvais compter en tout temps. À qui j’avais pu exprimer mes limites, mes peurs. Dont j’étais certaine de la présence au jour J.

2- Son bagage, ses formations

Bon, chaque accompagnante a son propre vécu, une formation pertinente et variable d’une personne à l’autre : bref, un bagage.

Comme je baigne dans la périnatalité de par mon métier, il a été facile pour moi de cibler quelle genre d’accompagnante je voulais. Mais vous, vous êtes vous posé la question : qu’est-ce que je désire, quel genre de personne est-ce que je souhaite avoir à mes côtés? Quelqu’un de plus « relationnel » (thérapeute en relation d’aide) , qui a un approche plus physiologique (Formation bonapace, Rebozo, entraineur…), ou qui travaillera vos sens (aromathérapie, massothérapeute, ostéopathe)?

Bref, vous aurez l’embarras du choix!

3- Le travail à la maison

Il y a quelque chose de merveilleux avec la naissance. C’est que le temps n’existe pas! Et puisque ce temps n’est plus compté, j’avais envie de le passer dans mes choses tant que possible. De pouvoir me promener à mon aise, manger comme je veux, prendre mon bain et ma douche à profusion…

Il y a des accompagnantes qui accepteront de passer ces premières heures avec vous à la maison. D’autres qui préféreront venir vous rejoindre directement à l’hôpital ou à la maison de naissance, une fois que votre admission sera faite. À vous de voir quel est votre besoin!

4- La présence en tout temps

Ma doula, elle a été là à partir du moment où je l’ai appelée, et ce, jusqu’à la toute fin. Elle est venue chez moi passer mes premières contractions à la maison jusqu’à ce que je sente que c’était le bon temps pour partir à la maison de naissance. Elle a été présente en toucher, en regard, en silence, en parole, en douceur… Ça a donné la latitude à mon conjoint de sortir lorsqu’il en sentait le besoin, sans que j’interprète ça comme de l’abandon. C’était correct, il pouvait ventiler : ma doula était à mes côtés.

Parce que les papas, eux aussi vivent un passage vers la paternité au moment de la naissance de leur enfant. En même temps que de nous voir grandir dans les vagues, de nous voir nous transformer (mon chum disait que je m’étais changée en HULK!!!). Et bien, c’est marquant pour eux aussi. Et de savoir que nous, les femmes, sommes entre bonnes mains, ça les laisse en confiance, leur permet de prendre leur place et de respirer un bon coup.

5- Pour la bulle

Parce que quand tu donnes naissance, tu n’as pas envie de gérer des papiers, des questions, des interrogations. En fait, tu as envie d’être dans une bulle, d’être dans un ressenti, une posture, une respiration.

Une femme qui accouche veut rien savoir du temps qui file, ne veut pas entendre de COMMENT  ni de POURQUOI.

Une accompagnante devient gardienne de votre jardin. Oui, l’équipe médicale aura besoin que vous confirmiez vous-même certains choix, mais pour le reste, votre doula fera office de pont, et expliquera qu’en rencontre prénatale, vous avez pris le temps d’en discuter et que votre décision serait tel choix pour telle raison.

Vous pourrez garder votre énergie pour vous et votre bébé. Rester concentrée sur l’essentiel.

Pour conclure

Bref, pour plein de raisons, l’accompagnante à sa place avec vous, selon vos besoins et votre demande. Le respect, l’écoute et l’empathie sont à la base même du travail d’accompagnement à la naissance!

N’hésitez pas à demander une rencontre d’approche. Cette première rencontre est gratuite et vous permet de poser toutes vos questions à l’accompagnante, y compris celles sur les fameux reçus pour les assurances. Et le plus important : cette rencontre vous permettra de trouver votre match parfait! Parce qu’il faut avoir un coup de foudre pour sa doula!

Au plaisir,

Catherine Leroux